Autre-Monde

Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre... à cet Autre-Monde.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Djerin Rashkae

Aller en bas 
AuteurMessage
Djerin Rashkae
Kloropanphylle
avatar

Messages : 48
Points : 214

Feuille de personnage
Age PJ: 15 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Nyctalopie

MessageSujet: Djerin Rashkae   Mer 6 Nov 2013 - 19:42

Djerin Rashkae

Sexe : Masculin - Age : 15 ans - Site panesque : Nid

Background :
   Djerin est né au Canada sur une des îles les plus au Sud. Il a grandi entre sa mère, une indienne d'origine et son père, un ancien menuisier. Les deux avaient choisi de vivre à distance de la société moderne pour en épargner leur fils. Dès que la mère avait accouché, ils avaient réussi à venir habiter sur cette petite île à l’écart de tout sauf de la nature. Djerin avait donc vécu ses onze premières années, avec sa mère qui chassait pour leur fournir de la viande, et son père qui fabriquait des pièces de bois qu'il partait vendre une fois l'an achetant par la même occasion tout ce qu'ils ne pouvaient fabriquer ou cueillir. Ensemble, ils tentaient de faire pousser quelques légumes dans la serre de fortune qu'ils avaient construite. Dès son enfance, Djerin tentait déjà de tout savoir. Observant en cachette son père qui travaillait le bois, ou cherchant à suivre sa mère lorsqu'elle chassait. Les deux finirent par rapidement s'en apercevoir, si son père ne s'en formalisa pas et se mit même à lui enseigner les rudiments de son art, sa mère elle le prit beaucoup plus mal. Cependant, sous la pression de son père, elle finit par l'emmener avec elle, lui apprenant quelques techniques indispensables sur le déplacement discret, et le respect que méritent tous les êtres vivants.

   Lors de son dixième anniversaire, son père lui proposa de se faire un arc, pour aider sa mère. Djerin tout de suite enchanté, accepta rapidement et son père l'aida en lui montrant comment faire, respectant la fibre du bois et alignant des couches pour varier les bois. Lorsqu'il en vint à la corde, c'est sa mère qui prit les choses en main. Elle lui montra quelle bête tuer, et lui dit que s'il le faisait avec respect, elle lui ferait la corde de son arc avec les tendons. Il réussit, et sa mère, pour l'en féliciter retira un de ses colliers, et le lui passa. Il s'agissait d'un croc de loup, l'animal totémique de Djerin. Lorsqu'ils rentrèrent ce soir-là, son père lui offrit aussi un pendentif, une tête de loup en bois. Il comprit donc, que ses parents s'étaient mis d'accord pour lui signifier qu'il était devenu grand. A partir de ce jour, il accompagna sa mère de façon active, autant chasseur qu'elle, bien que moins doué.

   Peu après son onzième anniversaire, alors qu'il dormait du sommeil du juste, son père le réveilla brutalement. La chaleur étouffante de sa chambre en soupente le surpris et il avait du mal à respirer. Le rez-de-chaussé était en feu, et l'incendie rongeait les poutres qui soutenaient son plancher. Taillant le plafond à la hache, son père réussit à dégager une ouverture étroite, de l'air pur entrant, mais surtout, il y fit passer Djerin avec comme seule instruction, un "bonne chance" laconique. L'enfant vit avec horreur son père sombrer dans les flammes, alors qu'il tentait de le retenir au point de se brûler les mains, le plancher cédant sous ses pieds. Il se mit à courir ayant sauté du toit directement dans la neige. Il revint quelques heures plus tard, les ruines calcinées encore brûlantes entourées de personnes qui semblaient chercher quelque chose. Dès qu'il se montra, il fut entouré, examiné et rapatrié. Ses parents n'étant pas Canadiens de naissance, mais Américains, il fut emmené dans un hôpital de Washington. Encore sous le choc, il fut directement interné au service psychiatrique. Pendant près de trois ans, il fut suivi par des psychologues divers et variés qui ne firent qu’aggraver son traumatisme, lui qui n'avait jamais vu que deux personnes de toute sa vie, voyait passer un florilège d'hommes et de femmes lui posant des questions sur sa vie. La seule qui ne l'effraya pas fut une dame possédant la même couleur de peau que sa mère, une indienne. Cette dernière ne lui posa pas de questions. Elle se contenta de lui proposer un livre. Ne sachant pas de quoi il s'agissait, elle lui montra, et lui apprit à lire. Sa curiosité prenant le dessus, il s'enferma rapidement dans cet univers de papier et d'encre. La femme finit par ne plus venir le voir, un autre médecin prenant sa place.

   Djerin, encore plus renfermé qu'avant, devenait de plus en plus méfiant, s'ouvrant de moins en moins, devenant même violent, des accès de rage prenant parfois le dessus et le poussant à attaquer les gens autour de lui. Il fut transféré vers un hôpital psychiatrique en tant que tel, soumis à divers moyens de le calmer. Rapidement, il devint un habitué de la cellule d'isolement. Malgré son jeune age, il s'y retrouva de plus en plus souvent, hurlant de colère après tout ce à quoi il pensait. Le seul moyen que les gardiens avaient trouvé pour le calmer était de lui proposer un livre. Lorsqu'ils le faisaient, l'ancienne personnalité de Djerin prenait le dessus. Il se calmait, s'excusait et refrénait ses pulsions. Peu à peu, les médecins finirent par trouver des moyens de l'humaniser, il n'était pas forcément plus sociable, mais communiquait. L'un des médecins avait réussi à lui arracher des sourires et à le rendre bavard. Pour cela, il lui avait proposé de parler d'un livre qu'il lui avait prêté. Jamais le garçon n'avait autant rayonné. Cependant, un accès de rage inexplicable le prit lors d'une sortie, frappant plusieurs de ses homologues. Personne ne sut jamais qu'il avait cherché à protéger un des plus jeunes. Et à vrai dire, il n'y eut aucune enquête. Car lors de la nuit qu'il passa en isolement, la Tempête eut lieu.

   Djerin ne s’aperçut de rien, roulé en boule sur le sol, il dormait comme un loir. Lorsqu'il se réveilla, tout était fini, la porte de sa cellule avait été arrachée de ses gonds mais surtout, chose étonnante, ses cheveux ras et noirs avaient extrêmement poussés, arrivant au niveau de ses hanches et prenant une couleur feuillage. Il ne comprit pas mais ne s'en inquiéta pas, imaginant qu'il s'agissait d'un rêve. Il les tressa et sortit. L'hôpital était ravagé, mortellement vide, et silencieux. Jamais il n'aurait imaginé ne pas supporter le silence tel qu'il le subit. Il erra quelques semaines dans les ruines de DC, tentant de s’éloigner de la ville, ramassant de la nourriture, allant jusqu'à entrer dans une boutique de vêtements pour se trouver autre chose que l'uniforme orangé de l'endroit qu'il avait quitté. Il vit rapidement que la nature reprenait ses droits à une vitesse bien supérieure à la normale, les arbres poussant à une vitesse ahurissante. La ville était rapidement devenue une forêt relativement dense, alternant conifères géants et buildings. Il prit rapidement le temps de scier quelques branches pour essayer de se rappeler comment son père et lui avaient fait son premier arc. Le bout de bois qu'il obtint ressemblait de loin à l’œuvre d'art que son père avait fait, mais avec une corde récupérée dans un magasin de bricolage, il réussit à faire un outil de chasse efficace malgré sa médiocrité.

   Alors qu'il sortait d'un magasin, il tomba sur d'autres enfants, tous ayant comme lui les cheveux verts dans des teintes variées. Ses derniers l'enjoignirent à rejoindre le Nid avec eux, il avait l'air débrouillard, et faisait partie des grands, raison de plus pour les rejoindre. Il accepta, car la solitude, malgré le calme qu'elle instaurait en lui, finissait par lui peser. Dans le Nid, il rencontra de nombreux autres enfants qui lui expliquèrent un peu comment fonctionnait le nouveau monde, ce qu'il fallait éviter ou les choses à faire. Ils lui demandèrent ce qu'il pouvait faire pour la communauté, et il répondit qu'il savait chasser. Agréablement surpris, les rares parmi eux qui cherchaient à effectuer cette tache lui demandèrent de leur apprendre. Ils étaient jeunes et n'y connaissaient pas grand chose. Il accepta, et tenta de former les jeunes enfants. La plupart d'entre eux s'en sortaient bien, mais il n'aimait pas chasser avec autant de monde. Trop de bruit, et par voie de fait, peu de résultat. Il regroupa l'intégralité des chasseurs et leur fit former des groupes de deux ou trois. Une fois cela fait, il divisa les enfants en deux équipes, une de nuit, avec les plus grands et les moins craintifs et une équipe de jour avec tous les autres. Chaque petit groupe devait partir seul et ramener du gibier. Il ne voulait pas les envoyer seuls car la plupart n'avaient pas la force de porter même un simple daim, étant le seul avec un autre capable de porter une proie. Il donna à l'autre la tête de l'équipe de jour et prit celle de l'équipe de nuit. Ils se réunissaient de temps en temps pour clarifier des zones de chasse ou les problèmes. Djerin finit par s'installer dans une petite hutte lui appartenant. Dotée de deux petites pièces, cette dernière ne contenait rien de plus qu'un lit, un coffre pour ses possessions terrestres, une bibliothèque qu'il avait l'intention de remplir et une petite table basse. Un environnement simple pour un garçon solitaire.

Description physique :
   Djerin est un garçon de taille moyenne à la peau pâle à cause de son mode de vie nocturne, doté comme tous ses congénères de cheveux verts foncés, généralement attachés en une longue tresse, et d'yeux vert pomme légèrement luisants dans l’obscurité, détail dont il aime jouer pour faire sursauter ses rares amis. Il porte des tenues résistantes aux multiples poches, préférables pour crapahuter en forêt, généralement dans des tons de vert et de noir. Par dessus ces tenues, on retrouvera toujours sa ceinture aux multiples pochettes garnies d'accessoires et son carquois en travers de ses épaules. Il cache les cicatrices de brûlure de ses paumes avec des gants. Dès qu'il quitte le Nid, il cache la pâleur de son visage d'un bandeau et d'une capuche, pour limiter sa visibilité, malgré ses yeux sur lesquels il ne peut influer. Pour briser la forme de son corps, il porte une cape de camouflage, roulée sur ses épaules pour qu'elle ne le gène pas en dehors des situations d’affût ou de traque.

   Comme il n'aime pas trop le bruit, il se déplace toujours de façon à en faire le moins possible. On lui a souvent reproché de faire sursauter les gens par jeu alors qu'il s'agit simplement d'un réflexe, parce qu'il est agacé par le bruit qu'il peut faire en marchant, particulièrement en marchant sur une planche grinçante ou sur des feuilles mortes, qu'il évite comme la peste. Il tend à éviter de regarder les gens dans les yeux, pour la simple et unique raison que cela le met mal à l'aise et évitera sans s'en cacher les trop grands regroupements de gens. Il préfère le calme à l'agitation.

Caractère :
   Djerin est un paradoxal. La plupart du temps solitaire et silencieux, doté d'un comportement tenant presque de l'animal qui le pousse à communiquer par monosyllabes ou avec des phrases courtes, lorsqu'il rencontre une personne qui lui plaît particulièrement, il devient attachant et particulièrement bavard. Il est très protecteur pour ses amis et les jeunes enfants chez lesquels il voit de l'innocence et n'hésitera pas à risquer sa vie pour en aider un, qu'il soit Pan, ou Kloropanphylle. C'est un nocturne, qui préférera toujours dormir le jour pour s'occuper la nuit, quand il y a moins de monde pour le déranger, faire du bruit et effrayer le gibier.

   Il est très curieux et cherche toujours à se renseigner sur les choses qu'il rencontre sans les comprendre. Son sujet de prédilection, ce sont les livres et les lames. Dès qu'il peut mettre la main sur des livres en état d'être lus, il cherche à les remettre en état et à les ajouter à sa bibliothèque personnelle. Pour les lames, il est plus exigeant, mais aime en posséder plusieurs sur lui en continu, de tailles et formes diverses, et récupère celles qu'il peut pour les stocker chez lui, appréciant leur diversité.

   Le meilleur moyen de lui mettre la main dessus en journée est d'aller frapper à la porte de sa hutte dans le Nid. C'est une boule de bois avec une petite porte circulaire, situé en haute altitude dans les branches, les rares qui le connaissent et aiment plaisanter à ce sujet appellent ça son ''aire''. A l’intérieur, ce n'est qu'un lit rond avec des étagères pour y placer ses quelques possessions personnelles, notamment ses livres et ses couteaux, dont il aime faire la collection.

Altération :
   Djerin est un chasseur solitaire, sortant le plus souvent la nuit. A force de devoir forcer son regard à traverser les ombres, il a développé une forme de nyctalopie. Lorsque la luminosité baisse, celle de son regard n'y perd rien. Quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, il y voit bien. En revanche, cette capacité à deux inconvénients, le premier c'est qu'elle provoque un léger scintillement des iris, peu discret dans l'ombre, et en cas de forte luminosité, Djerin est souvent gêné au point de devoir s'éloigner. Cette capacité lui est très utile quand il part en exploration, car elle lui permet d'atteindre des lieux jusque-la inaccessibles à l'aide d'une torche, comme les zones sombres d'une bibliothèque en ruine, les flammes étant bien trop dangereuses pour le papier sec.

Possessions :
   Djerin n'est pas matérialiste en dehors de ses collections et de son arc. Il ne possède que les rares choses nécessaires à sa survie. Il a deux jeux de vêtements, qu'il alterne régulièrement pour éviter de sentir et trahir sa position. Bien évidemment il ne lâche presque jamais son arc et ses flèches, qu'il a du fabriquer faute d'en trouver qui lui convenaient. Outre son outil de travail, il porte dans ses poches et pochettes divers accessoires utiles au quotidien (briquet, ficelle, crayon, etc), un rouleau de corde pendant à sa ceinture et bien entendu une poignée de lames, qu'il garde tant par goût pour les objets en question que pour leur utilité dans la vie de tous les jours. Les deux seules d'entre elles qui ne se trouvent pas dans une poche et donc qu'on ne peut pas rater sont un grand couteau de survie accroché sur sa hanche droite et une machette recourbée placée dans son dos, poignée vers le bas.


Dernière édition par Djerin Rashkae le Mar 17 Juil 2018 - 23:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Djerin Rashkae
Kloropanphylle
avatar

Messages : 48
Points : 214

Feuille de personnage
Age PJ: 15 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Nyctalopie

MessageSujet: Re: Djerin Rashkae   Mer 11 Déc 2013 - 12:59

Mes aventures sur Autre-Monde
Les RP auxquels j'ai participé.

INTRIGUE : DANGER IMMEDIAT

Août 2009 :
- Un chêne qui perd ses feuilles - TERMINE

INTRIGUE : CHANT GUERRIER

Septembre 2009
- Un bien ou un mal ? - TERMINE

Novembre 2009 :
- De fer et d'acier - EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Djerin Rashkae
Kloropanphylle
avatar

Messages : 48
Points : 214

Feuille de personnage
Age PJ: 15 ans
Site panesque ou ville: Le Nid
Altération ou métier: Nyctalopie

MessageSujet: Re: Djerin Rashkae   Jeu 12 Juil 2018 - 16:35

Evolution de mon personnage
Au fil des différents RP.

Suite à une partie de chasse qui l'aura entraîné très loin de chez lui, Djerin s'est retrouvé blessé à Eden, chez les Pans. Incapable de se déplacer pour rentrer au nid, il reste dans le village des Pans pour se remettre. Si le lieu lui plait, il hésite à rentrer chez lui. Grace à ses capacités naturelles pour la discrétion et la vision de nuit, un travail d'éclaireur s'est trouvé naturel dans le contexte de guerre actuel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Djerin Rashkae   

Revenir en haut Aller en bas
 
Djerin Rashkae
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Djerin, le premier martyr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autre-Monde :: Au Petit Matin :: Les Survivants :: Les Kloropanphylles-
Sauter vers: